Baisse immobilier : tendance des prix en 2024 - Assurly
05.02.2024

Baisse immobilier : tendance des prix en 2024

Enfin une bonne nouvelle pour 2024, du moins pour les acquéreurs. Il semblerait que la baisse timide des prix de l’immobilier observée en 2023 devrait s’intensifier cette année. Serait-ce le bon moment pour acheter ? Découvrons ce qu’en disent les experts du secteur.  

L’essentiel en 5 questions clés

  • Les prix de l’immobilier vont-ils baisser en 2024  ? 

Il semblerait que la tendance à la baisse observée en 2023 va se poursuivre en 2024. Elle devrait même s’intensifier, puisque les experts tablent sur une baisse de 3 à 4% des prix moyens de l’immobilier. 

  • La baisse sera-t-elle la même sur tout le territoire ? 

Non. On constate de nombreuses disparités géographiques. Par exemple, l’Île-de-France connaît actuellement une baisse de l’immobilier plus importante des prix que le reste du territoire. Au contraire, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur défie la tendance avec une hausse des prix au mètre carré dans la région. 

  • Pourquoi une telle baisse dans l’immobilier ?  

La hausse des taux d’intérêts a rendu le crédit plus cher pour les emprunteurs, tout en entraînant une baisse du nombre de prêts octroyés, et donc un recul des transactions immobilières. C’est ce phénomène qui explique la baisse du prix des biens immobiliers. 

  • Faut-il acheter en 2024 ?  

 Il n’y a pas de moment idéal pour acquérir un bien, d’autant plus qu’il est impossible de prévoir avec certitude l’évolution des prix sur le long-terme. De ce fait, il est préférable d’évaluer votre situation personnelle en fonction de votre budget, du type de bien que vous voulez acquérir, de sa localisation, etc. 

  • Comment payer son crédit immobilier moins cher ? 

Grâce à la loi Lagarde, vous avez la possibilité de choisir une assurance emprunteur externe à votre banque, vous permettant ainsi de faire jusqu’à 48 000 € d’économies par rapport à une assurance traditionnelle. 

Pourquoi les prix de l'immobilier baissent-ils ?

La baisse des prix de l’immobilier est étroitement corrélée à la situation économique défavorable et aux difficultés rencontrées par les emprunteurs sur le marché du crédit. En effet, pour freiner l’inflation en Europe, la Banque Centrale Européenne (BCE) a fait le choix d’augmenter les taux directeurs.

Résultat : les établissements bancaires, qui se financent auprès de la BCE, ont été contraints de relever leurs taux d’intérêts. Alors que le taux d’emprunt moyen des crédits immobiliers était à 1,13% en 2019, il est passé à 4.24 % en décembre 2024, selon les données de l’Observatoire Crédit Logement / CSA. Une hausse spectaculaire, qui marque la fin des prêts bon marché auxquels les Français s’étaient habitués depuis quelques années. 

evolution des taux moyens pour les prêts immobiliers

En conséquence, le nombre de prêts accordés par les banques a chuté : selon les données de la Banque de France, l’octroi de nouveaux crédits immobiliers a reculé de plus de 41 % en 1 an, passant de 11,1 milliards d’euros d’emprunt en juin 2023, contre 19 milliards en juin 2022. Pour enrayer cette situation, la révision du taux d’usure avait été mensualisé, ce qui a permis une hausse plus régulière des seuils de la Banque de France – offrant ainsi la possibilité aux banques d’accorder davantage de demandes de prêts. 

Mais cela n’a pas été suffisant pour stopper le ralentissement du secteur. En raison de la diminution des prêts accordés, l’INSEE a enregistré une baisse du nombre de transactions réalisées. Sur la période allant de juillet 2022 à juin 2023, le total s’établit à 1 million de transactions, marquant une réduction d’environ 12 % par rapport à la période de juillet 2021 à juin 2022, au cours de laquelle 1,14 million de transactions avaient été recensées.

A cela il faut ajouter la baisse du pouvoir d’achat des acquéreurs, impactés par la hausse des prix et du coût des emprunts immobiliers. Ce qui se traduit inévitablement par un essoufflement de la demande immobilière, provoquant la baisse des prix qu’on constate aujourd’hui. 

Immobilier : des baisses de prix supérieures à 3% en 2024 ?

2023 avait déjà envoyé des signes positifs : les prix de l’immobilier avaient baissé en moyenne de 1% sur l’ensemble du territoire (-1,1% pour les appartements, -0,9% pour les maisons). En Île-de-France, on a même enregistré un recul de 3,3% au cours des deux premiers trimestres 2023. 

Et il semblerait que la tendance va se poursuivre en 2024. Dans une enquête réalisée pour Capital auprès de 3750 agences immobilières indépendantes, plus de 70% des professionnels anticipent des baisses de prix supérieures à 3% pour l’année 2024. 30% d’entre eux croient même en des baisses de prix qui iront au-delà de 5%. Une excellente nouvelle pour les futurs acheteurs, donc, qui devront rester attentifs au cours des prochains mois pour suivre l’évolution du marché de l’immobilier. 

Des prix encore élevés et des disparités selon les régions

La baisse annoncée des prix de l’immobilier en 2024 est une bonne nouvelle pour les futurs propriétaires, c’est certain. Le prix des biens en France n’en reste pas moins élevé, en raison des fortes hausses qu’a connu le secteur ces 10 dernières années. Selon l’INSEE, l’indice des prix des logements a connu une hausse des prix de près de 30 % entre 2013 et 2023, pour l’ensemble du territoire des métropoles, tout type d’habitat confondus (maison et appartements, neufs et anciens).

Dans des villes françaises comme Nantes, Strasbourg ou Lyon, le prix au m2 a progressé de près de 55% en moyenne. A Bordeaux, on frôle même les 70% ! Il faut donc relativiser la baisse des prix actuels, qui ne sera certainement pas suffisante pour revenir à la situation plus favorable qu’a connu le marché immobilier Français avant 2010. 

De plus, si le recul des prix de l’immobilier est bien réel, il est inégal selon les villes et les régions. Par exemple, en 2023, le prix moyen des appartements a baissé de 3,7% à Lyon, tandis qu’il a augmenté de 1% à Marseille. De même, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur a connu une hausse moyenne de 1,7% de ses prix, là où Auvergne-Rhône-Alpes a vu les siens reculer de 0,9%. Il est fort probable que ces disparités géographiques se répètent en 2024, en fonction de l’équilibre entre l’offre et la demande dans chaque zone immobilière, qu’elle soit tendue ou non. 

Faut-il acheter en 2024 ?

Avec la baisse anticipée des prix de l’immobilier en 2024, est-ce le bon moment pour acheter ?  

Avec la perspective d’une poursuite de la baisse des prix entamée en 2023, les opportunités d’achat en 2024 pourraient s’avérer attractives. Du côté des taux d’intérêt, bien que ceux-ci restent élevés, leur stabilisation pourrait apaiser les préoccupations liées aux coûts d’emprunt, et vous aider à mieux calculer votre budget. Quant à la diminution anticipée du nombre de transactions immobilières, elle donne généralement aux acquéreurs une marge de négociation plus élevée

Néanmoins, il est impossible de prévoir ce qu’il va se passer à moyen ou long-terme sur le marché de l’immobilier. De nombreux paramètres peuvent venir contredire les prévisions des experts, telles que des fluctuations économiques soudaines ou des décisions gouvernementales qui impactent le secteur. Gardez à l’esprit qu’il n’y a pas de moment parfait pour acheter, ainsi que si votre désir est avant tout d’avoir un chez-vous, n’attendez pas que toutes les planètes soient alignées pour vous lancer (sinon vous risquez d’attendre longtemps).

En revanche, si vous souhaitez acquérir un bien pour faire de l’investissement locatif, votre décision d’achat immobilier en 2024 doit être méticuleusement considérée au cas-par-cas, en tenant compte d’une multitude de variables telles que le type de bien, sa localisation, son ancienneté, les conditions d’emprunt, le rendement locatif, etc. 

Faites des économies sur votre prêt grâce à l'assurance emprunteur

Malgré la baisse des prix de l’immobilier en 2024, le coût d’un emprunt restera élevé. Heureusement, dans le cadre d’un emprunt, il est désormais possible de faire des économies grâce à l’assurance emprunteur. Depuis l’entrée en vigueur de la loi Lagarde, vous n’êtes plus contraint de souscrire à l’assurance proposée par votre banque. En choisissant un assureur externe à votre banque, il est possible de réaliser jusqu’à 48 000 € d’économies

Chez Assurly, nous proposons une assurance emprunteur 100 % en ligne, qui vous permet de souscrire à une offre en quelques minutes seulement. On s’occupe de toutes les démarches à votre place, tout en vous faisant faire des économies ! Et cela sans faire de compromis sur votre niveau de couverture.

 

Sylvain
Sylvain - Rédacteur

Sylvain écrit sur l'assurance de prêt immobilier depuis plusieurs années maintenant. Vous souhaitez changer d'assurance ? Ses articles sauront vous éclairer et vous donner toutes les informations nécessaires sur les garanties, le TAEA, les lois, les délais ou encore la résiliation en assurance emprunteur.

La newsletter, c'est ici ! Pour tout savoir sur l'assurance emprunteur et pour obtenir des conseils sur votre projet immobilier.
photo d'un ordinateur